L’arthrite est un terme générique pour toutes sortes de dégénérescences articulaires inflammatoires et douloureuses. L’arthrose est la forme la plus commune d’arthrite et est causée l’usure normale des articulations. L’ostéoporose, elle, est le résultat du processus de diminution de densité osseuse. Avec l’âge, les troubles musculo-squelettiques touchent presque tout le monde. L’espérance de vie dépassant désormais les 80 ans, l’arthrose et l’ostéoporose sont devenues des maladies courantes, liées à l’âge.

Les risques et l’évolution de l’arthrose et de l’ostéoporose dépendent beaucoup de l’alimentation et de l’exercice physique pratiqué.

Arthrose

Le soufre est un élément indispensable à la formation du cartilage. Plusieurs rapports suggèrent que notre alimentation quotidienne ne contient pas suffisamment d’acides aminés soufrés.

1 Les besoins en soufre du corps augmentent avec l’âge alors que, dans le même temps, l’assimilation des acides aminés soufrés devient moins efficace. 2

Les deux acides aminés, méthionine et cystéine sont de bonnes sources de soufre. Le soufre organique (MSM) constitue également une bonne option en terme de supplémentation nutritionnelle.

Méthionine : source essentielle de soufre

Méthionine et arthroseLa méthionine est un acide aminé indispensable. En effet, elle ne peut pas être synthétisée par le corps mais doit être apportée par l’alimentation. En tant que source de soufre, la méthionine est particulièrement importante pour les personnes souffrant de douleurs articulaires. En effet, le cartilage contient trois fois la quantité de soufre contenue dans les autres tissus du corps. 3

La supplémentation externe en soufre existe depuis des millénaires sous la forme de bains sulfureux. Il est ainsi absorbé par la peau et a un effet anti-inflammatoire. 4

Cystéine et méthionine

Il existe deux acides aminés soufrés essentiels : la méthionine et la cystéine. La cystéine a des propriétés antioxydantes et protège les cellules contre le stress oxydatif. Elle stimule également le système immunitaire 5 et aide à protéger la structure des protéines. Elle a donc un rôle important dans la synthèse du collagène et le développement musculaire. 6 Il existe un lien entre cystéine et faible densité osseuse (ostéoporose). 7

En tant que source de soufre, la cystéine a aussi la capacité de lier les métaux lourds dans le corps et de les rendre ainsi inoffensifs. Le corps est capable de transformer la cystéine en méthionine et vice versa. Voilà pourquoi la quantité totale de cystéine et de méthionine absorbée est cruciale.

MSM (Méthylsulfonylméthane)

Les acides aminés pour des articulations sainesLe MSM est aussi une source de soufre très documentée. Plusieurs études ont montré qu’il avait également des propriétés anti-inflammatoires. Au cours de l’une d’elle, des scientifiques américains ont découvert que le MSM avait des effets bénéfiques sur la flexibilité articulaire et la douleur, et qu’il réduisait l’usure du cartilage. 8 Les effets étaient nettement meilleurs dans le groupe ayant reçu du MSM que chez le groupe contrôle (ayant reçu un placebo). Le MSM associé à de la glucosamine a permis d’obtenir de meilleurs résultats qu’avec le MSM seul.

Aucun effet secondaire n’a été observé, même à fortes doses. 9 Au cours des tests réalisés sur les animaux, le MSM s’est révélé sans danger pour la femme enceinte. 10

Glucosamine et chondroïtine

La glucosamine et la chondroïtine sont souvent prescrites en cas d’arthrose. Ces deux sucres aminés composent la matrice du cartilage, c’est-à-dire sa structure de base. Cette dernière retient les fluides qui aident à absorber les chocs, protégeant ainsi les articulations. En raison de leur efficacité démontrée, la glucosamine et la chondroïtine sont souvent prescrites en tant que traitement médicamenteux. Comme elles sont bien tolérées et généralement considérées comme sans danger, elles sont également disponibles sous la forme de compléments alimentaires.

Si ces nutriments pour articulations sont pris comme compléments, ils peuvent aussi être associés à des acides aminés libres, des vitamines et des minéraux. Il n’existe malgré tout pas d’études sur l’efficacité de toutes ces combinaisons de suppléments alimentaires. Par conséquent, le choix de produits est assez vaste et il existe de nombreuses options en termes de dosages et de compositions.

Acides gras oméga-3 : DHA et EPA

Arthrose et acides aminésLes nutritionnistes, y compris la DGE (Deutsche Gesellschaft fuer Ernaehrung – Société allemande de nutrition), recommandent de manger des poissons riches en oméga-3, deux fois par semaine. Le poisson possède une haute valeur nutritionnelle en raison de sa teneur en protéines et acides aminés, ainsi qu’en acides gras oméga-3 spéciaux. Les deux acides gras oméga-3 EPA et DHA (Acide eicosapentaénoïque et acide docosahexaénoïque) sont importants pour les processus métaboliques et se trouvent en grandes quantités chez certains poissons. Ils ne peuvent pas être synthétisés par le corps. Ils ont des effets positifs sur les taux sanguins de lipides, les vaisseaux sanguins et le développement des cellules nerveuses (important pour les yeux lorsque l’on vieillit et pendant la grossesse). Ils ont aussi un effet régulateur sur l’équilibre des acides gras présents dans le corps.

Dans une étude menée sur 177 patients souffrant d’arthrite du genou, il a été découvert que l’association des acides gras oméga-3 DHA et EPA avec de la glucosamine et de la chondroïtine obtenait des résultats 27% meilleurs qu’une supplémentation à base de glucosamine et chondroïtine seules. 11

Alors que les acides gras issus de la viande (acides gras saturés) ont un effet inflammatoire, les acides gras oméga-3 contenus dans le poisson ont des propriétés anti-inflammatoires. Le conseil nutritionnel pour des articulations en bonne santé : mangez moins de viandes grasses (saucisse et jambon) et plus de poissons riches en oméga-3.

Ostéoporose

Genoux et acides aminésAprès le deuxième stade, les premiers symptômes de l’arthrose se font ressentir : douleur et souplesse limitée des articulations. L’ostéoporose, quant à elle, est plus insidieuse. La perte de masse osseuse ne se remarque pas – l’ostéoporose n’est pas douloureuse et n’a pas de symptômes, jusqu’à ce que les os se brisent.

Vous pouvez vous casser le bras ou le poignet. Cependant, c’est souvent le col du fémur ou une vertèbre qui se brise, avec à la clé des mois de repos forcé.

Prévenir l’ostéoporose

Une fois que vos os sont fragilisés, les dégâts ne peuvent pas être rapidement inversés. Cela prendra des années d’efforts coordonnés, à base d’exercice, d’un régime alimentaire spécial, de compléments alimentaires (vitamine D, vitamine K, calcium et magnésium) et peut-être même d’un traitement médicamenteux pour renforcer le tissus osseux.

Voilà pourquoi la prévention est essentielle. La prophylaxie de l’ostéoporose devrait commencer à 40 ans. Les os mettent des années, voire des décennies, avant d’être fragilisés. Les femmes sont plus sujettes à l’ostéoporose que les hommes, particulièrement après la ménopause.

Vitamine D

Exercice et arthroseLa vitamine D est un élément central du métabolisme du calcium et est cruciale pour l’entretien des os. Elle est également impliquée dans d’autres processus métaboliques et est importante pour le système immunitaire. Il est difficile de la trouver dans la nourriture. Même le plus strict des régimes, constitué des aliments aux concentrations les plus élevées en vitamine D, ne peut fournir les quantités suffisantes.

En théorie, nous pouvons en synthétiser assez par la peau, mais il faut pour cela prendre le soleil. En été, exposer ses bras et ses jambes 30 minutes par jour, à midi, est suffisant. Néanmoins, puisque la plupart d’entre nous appliquons de la crème solaire pour nous protéger du cancer de la peau, les capacités de celle-ci à produire de la vitamine D est réduite de 95%.

En hiver, quand le soleil se trouve à un angle inférieur, la quantité d’UV qui nous atteint est insuffisante. Ce facteur, associé aux vêtements épais, rend une production de vitamine D quasi impossible. Par conséquent, plusieurs études indépendantes mettent en évidence des carences généralisées : entre 60 et 90% de la population présentent des taux significativement bas de vitamine D dans le sang et ont donc des carences documentées.

La DGE conseille de prendre 10 µg par jour. Après 50 ans, cette dose quotidienne passe à 20 µg de vitamine D3.

Vitamine K

La vitamine K est une vitamine liposoluble qui est un élément clé de la structure osseuse. Elle aide à réguler l’ostéocalcine, qui est responsable de la synthèse et de la dégradation osseuses. 12 La prise de vitamine K en tant que complément alimentaire ne présente pas de dangers. Même à des doses supérieures à 4.000 µg par jour, aucun effet toxique n’a été observé. L’apport minimum journalier recommandé de vitamine K est de 75 µg.

Calcium

Outre le magnésium, le calcium est LE minéral qui constitue la structure osseuse et détermine sa densité. Des carences chroniques en calcium, associées à un manque de vitamine D, sont la cause principale de l’ostéoporose.

Une revue systématique de 59 études visant à déterminer si une supplémentation en calcium permettait d’obtenir des os plus solides a fournit des résultats discutables. 13 Des produits laitiers tels que le fromage sont d’excellentes sources de calcium et devraient être incorporés à une alimentation basique.

En savoir plus

Quels produits sont bénéfiques pour la santé des os et des articulations ?

Un régime alimentaire adapté peut protéger le système musculo-squelettique. Ces produits sont réputés et conseillés dans toute l'Europe.
En savoir plus

Rôle clé de l’exercice dans la prévention de l’arthrose et de l’ostéoporose

Faire du sport avec de l'arthrose et de l'ostéoporose

Faire suffisamment d’exercice est très important pour le système musculo-squelettique : muscles, ligaments, tendons, articulations et os travaillent, s’entraînent et se renforcent. Comme dit le proverbe : “on s’en sert ou on le perd.” Malgré tout, on a tendance à sauter dans le car, le bus ou le taxi pour parcourir même de faibles distances et nous prenons l’ascenseur plutôt que les escaliers pour quelques étages seulement.

Sans entraînement, nos muscles continuent à se dégrader. Résultat, les muscles ne peuvent plus apporter le soutien nécessaire aux articulations et les os et les articulations sont excessivement stressés.

Le cartilage reçoit les nutriments dont il a besoin par le biais de fluides, directement dans les articulations, et non pas par les vaisseaux sanguins. Afin qu’il puisse se régénérer, les nutriments contenus dans le liquide articulaire doivent être massés dans l’articulation. C’est ce qui se passe quand on fait de l’exercice.

Les os, aussi, souffrent s’ils ne sont pas soumis à une pratique sportive. La pression exercée sur la structure osseuse stimule les ostéoblastes pour qu’elles construisent de la masse osseuse. Ceci peut être obtenu en pratiquant du jogging léger, de la marche rapide ou des exercices avec des poids légers.

L’exercice est donc la clé de la prévention ainsi qu’un traitement contre les problèmes articulaires et les os fragilisés.

Bibliographie :

  1. Nimni ME, Han B, Cordoba F.; “Are we getting enough sulfur in our diet?” Nutr Metab (Lond). 2007;4:24.
  2. Young VR: Protein and amino acid metabolism with reference to aging and the elderly.” Prog Clin Biol Res 1990, 326:279-300
  3. Ammann, P., Laib, A., Bonjour, J.-P., Meyer, J. M., Rüegsegger, P. & Rizzoli, R. (2002); “Dietary essential aminoacid supplements increase the bone strength by influencing bone mass & bone microarchitecture in an isocaloric low-protein diet”, Journal of Bone and Mineral Research, Volume 17, issue 7, (pp.1264-1272)
  4. Sukenik S, Buskila D, Neumann L, Kleiner-Baumgarten A, Zimlichman S, Horowitz J: “Sulphur bath and mud pack treatment for rheumatoid arthritis at the Dead Sea area.” Ann Rheum Dis 1990, 49:99-102.
  5. Grimble RF: The effects of sulfur amino acid intake on immune function in humans. J Nutr 2006, 136:1660S-1665S
  6. Lands LC, Grey VL, Smountas AA: “Effect of supplementation with a cysteine donor on muscular performance.” J Appl Physiol 1999, 87:1381-1385.
  7. Baines M et al.: The Association between cysteine, bone turnover, and low bone mass; Calcif Tissu Int. (2007)
  8. Brien S, Prescott P, Bashir N et al. Systematic review of the nutritional supplements dimethyl sulfoxide (DMSO) and methylsulfonylmethane (MSM) in the treatment of osteoarthritis. Osteoarthritis Cartilage. 2008;16(11):1277-88
  9. Magnuson BA, Appleton J, Ames GB. Pharmacokinetics and distribution of 35S methylsulfonylmethane following oral administration to rats. J Agric Food Chem. 2007;55(3):1033-8
  10. Magnuson BA, Appleton J, Ryan B et al. Oral developmental toxicity study of methylsulfonylmethane in rats. Food Chem Toxicol. 2007;45(6):977-84
  11.  Grünwald J et al, “Effect of Glucosamine sulfate with or without omega-3 fatty acids in patients with osteoarthritis”, Advances in Therapy, Vol. 26 (2009), Issue 9, Seite 858-871 – Pour en savoir plus : http://vitamine-ratgeber.com/glucosamin-und-omega-3-fettsauren-zusammen-optimal-gegen-arthrose/
  12. Booth SL et al.; “Vitamin K intake and bone mineral density in women and men”; Am J clin Nutr 2003;77, 512.
  13. Bolland / Reid / Tai; “Calcium intake and bone mineral density: systematic review and meta-analysis”; 2015; BMJ 2015;351:h4183; http://www.bmj.com/content/351/bmj.h4183
Share and help your friends!Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Share on Tumblr
Tumblr